CHARLOTTE
 

A toi notre Charlotte chérie,
                                       puisqu'ils t'ont assassinée.

Ecriture et mise en scène Patricia Piazza

 

Avec

Julia Beauquesne

Chloé Delest

Lilou Lefranc

Laetitia Lemaire

Rémi Picard

Voix chant Magali Goblet

Création lumière Elvire Flocken-Vitez

Ambiance sonore Dinah Ekchajzer

Cette pièce est un témoignage d'enfermements, d'une schizophrénie ostracisée, de violences psychiatriques, d’un combat pour vivre.

Elle exprime des moments de joie, de poésie, de solidarité, d'élan de vie, broyés par la prison puis l'asile.

Elle est un hommage à Charlotte Piazza, victime de ces maltraitances et de ces injustices, ainsi qu’à toutes les victimes des institutions carcérales et psychiatriques.

 

A partir de lettres écrites en prison, de textes, de carnets écrits par Charlotte et de ses dessins d’enfermement, de la mémoire de sa famille et de ses proches, de leur histoire commune, la pièce témoigne d’un vécu. Elle participe également à rendre sa dignité à Charlotte et faire connaître les injustices qui l’ont condamnée.

 

A l’âge de 20 ans, Charlotte est emprisonnée. Lors de son incarcération et suite aux violences qu'elle y vit, elle décompense une schizophrénie. A sa sortie, nous l'accompagnons, là où aucun suivi n'est prévu. Les psychiatres rencontrés ne la prennent pas au sérieux. Pendant plus d'un an elle vit avec sa schizophrénie, jusqu’au jour où, prise d'une crise dans la rue, elle est internée sur ordre de la préfecture dans l'unité 7 fermée de l'hôpital psychiatrique l'Eau vive. Elle y est enfermée pendant un mois. Pour permettre sa sortie, les psychiatres lui imposent un traitement au xeplion, connu pour sa dangerosité et les douleurs physiques qu'il inflige. Ils lui injectent ce produit, sans lui fournir d'anti-douleur.

 

Quelques jours plus tard, le 23 mai 2021, Charlotte met fin à ses jours.

 

IMG_4848.JPG
IMG_4846.JPG
IMG_4844.JPG
IMG_4843.JPG
IMG_4835.JPG
IMG_4837.JPG